//
Catégories

sentiments

Ce tag est associé à 6 articles

13 Novembre (5) « Jouissez ! »

Chronique 1 « silence » Chronique 2 « Sous la cape » Chronique 3 « Tolérance » Chronique 4 « Continuer »   Peut-être ne suis-je qu’une chroniqueuse de plus larguant et peignant ses mots sur une toile déjà bien remplie. Mais ce qui est beau c’est que j’ai la liberté de le faire, n’en déplaise à une prétendue élite médiatique. Oui, moi … Lire la suite

13 novembre (4) « Continuer »

« Il paraît qu’il faut laisser le temps au temps. Alors, j’ai attendu. Désormais, je transmets. Une évolution, au jour le jour, des émotions, des sensations. Une chronique, c’est une pensée. Une série de chroniques, c’est une part de l’auteur qui se livre. Un peu de vous, beaucoup de moi. Parce que je ne savais pas … Lire la suite

13 Novembre (3) « Tolérance »

« Il paraît qu’il faut laisser le temps au temps. Alors, j’ai attendu. Désormais, je transmets. Une évolution, au jour le jour, des émotions, des sensations. Une chronique, c’est une pensée. Une série de chroniques, c’est une part de l’auteur qui se livre. Un peu de vous, beaucoup de moi. Parce que je ne savais pas … Lire la suite

13 novembre 2015 (2) « Sous la cape »

« Il paraît qu’il faut laisser le temps au temps. Alors, j’ai attendu. Désormais, je transmets. Une évolution, au jour le jour, des émotions, des sensations. Une chronique, c’est une pensée. Une série de chroniques, c’est une part de l’auteur qui se livre. Un peu de vous, beaucoup de moi. Parce que je ne savais pas … Lire la suite

13 novembre 2015 (1) « Silence »

« Il paraît qu’il faut laisser le temps au temps. Alors, j’ai attendu. Désormais, je transmets. Une évolution, au jour le jour, des émotions, des sensations. Une chronique, c’est une pensée. Une série de chroniques, c’est une part de l’auteur qui se livre. Un peu de vous, beaucoup de moi. Parce que je ne savais pas … Lire la suite

Dédale encéphalique cherche fil pour s’en sortir

Pourquoi le cerveau est-il si complexe ? Qu’est-ce qui engendre la joie d’un rien pour certains alors que d’autres se satisfont si difficilement à leur grand désespoir. Les premières victimes de l’activité incessante des neurones restent souvent les propriétaires du cerveau en question. Quelle justice y a-t-il à être plus sensible qu’un autre, à prendre plus … Lire la suite

Follow Les faits papillons on WordPress.com

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles absurdités de ce monde

Rejoignez 31 autres abonnés