//
vous lisez...
L'effet des faits, La vie, la vraie

13 Novembre (5) « Jouissez ! »

Chronique 1 « silence »

Chronique 2 « Sous la cape »

Chronique 3 « Tolérance »

Chronique 4 « Continuer »

 

Peut-être ne suis-je qu’une chroniqueuse de plus larguant et peignant ses mots sur une toile déjà bien remplie. Mais ce qui est beau c’est que j’ai la liberté de le faire, n’en déplaise à une prétendue élite médiatique. Oui, moi femme, chose impure aimant la musique, le sexe, l’art, buvant une bière en terrasse en matant hommes et femmes qui passent, moi, appréciant un bon jambon beurre et même une raclette rien que pour se retrouver entre amis de toutes les couleurs, oui, je pense et j’écris.

Et vous, vous avez cette liberté de lire ou non, d’apprécier, de critiquer mes mots qui se fondent dans la masse des témoignages. Peut-être êtes-vous malades de lire ces élans solidaires parfois éphémères, de voir vos réseaux sociaux se teinter du drapeau tricolore, peut-être avez-vous vomi ces infos en boucles. Mais savourez ces émotions quelques soit, car elles découlent de nos libertés !

JOUISSEZ DE CES LIBERTÉS !

 

 

« J’aurai pu parler directement de répercussion politiques, des ripostes armées, des conséquences de Charlie ou du comment est-ce possible après les attentats de janvier. J’aurai pu parler des personnes mortes au nom de quoi et des attaques armées dans les autres pays qui n’ont pas bénéficié d’autant de visibilité médiatique. J’aurai pu parler de la peur, l’angoisse qui en a saisi plus d’un, de l’appréhension de sortir dans des lieux publics, de prendre les transports en commun et du trafic qui s’accentue à l’aube de la COP21. J’aurai pu traiter des attentats déjoués, de prises d’otages dans les autres pays. J’aurai pu tailler Jawad. J’aurai pu écrire sur les nombreux témoignages émouvants, sur la révolte des familles, l’hommage national, l’utilisation ou non du drapeau et de la marseillaise. J’aurai pu décortiquer les absurdités complotistes, les photomontages et analyser les réactions de chacun.

J’aurai pu traiter tant d’autres angles sur ce sujet.

Oui, j’aurai pu…

 

Mais c’est de vous, de nous, des gens autour de moi, des sentiments que je connais que j’ai voulu parler.

Sans mille et une questions dont les réponses resteront évasives, sans désignations, sans haine, sans peur, sans guimauve, sans colère. Sans polémique.

Tout ceci semble si absurde que ces chroniques essayent de mettre des mots pour tenter de comprendre, pour accuser le coup, pour agir, pour continuer.

Elles racontent ce que certains ont vécu.

Elles décrivent ce que j’ai vécu.

Ni plus. Ni moins. »

 

 

Publicités

Discussion

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Follow Les faits papillons on WordPress.com

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles absurdités de ce monde

Rejoignez 31 autres abonnés

%d blogueurs aiment cette page :