//
vous lisez...
L'effet des faits, La vie, la vraie

13 novembre (4) « Continuer »

« Il paraît qu’il faut laisser le temps au temps. Alors, j’ai attendu.

Désormais, je transmets.

Une évolution, au jour le jour, des émotions, des sensations.

Une chronique, c’est une pensée. Une série de chroniques, c’est une part de l’auteur qui se livre.

Un peu de vous, beaucoup de moi.

Parce que je ne savais pas quoi faire d’autres. »

Chronique 1 « silence »

Chronique 2 « Sous la cape »

Chronique 3 « Tolérance »

 

 

Continuer. Le besoin d’écrire, mais les mots ne sortent pas.

En attendant, lire, écouter, voir. Mais surtout vérifier. Berner par ses propres idées et idéaux, certains contribuent à la prolifération de faux articles, de photos détournées avec pour seuls buts : engendrer la haine, se plaindre en se posant comme victime et comploter. Il y en a sûrement qui partagent en toute bonne foi (ce n’est peut-être pas le bon moment pour parler de bonne ou mauvaise foi…) dans le but prétendu loyal d’informer les autres, mais parfois il vaut mieux se taire que de propager des bêtises !

Pendant que les réseaux sociaux s’emballent et que les médias s’embrasent, moi j’embrasse.

Un baiser comme un pied de nez sur tous ces lieux de massacres et de recueillement. Notre hommage à nous. Une petite pierre que nous ne lancerons pas, mais qui érigera une tour d’amour pour tous les aigles tombés.

 

 

Se relever. Chacun accuse le coup. Oui, c’est un coup porté, mais un coup donné ne garantit pas la victoire.

Sentiment mitigé : mélange d’incompréhension, de tristesse et de résistance.

Non, ce n’est pas comme Charlie. Oui, l’union est là, mais l’union dans le recueillement. Le temps arrive pour la lutte : reprendre le cours de sa vie, rejoindre des potes à la terrasse d’un bar, s’étouffer dans la fumée des cigarettes en restant à l’extérieur et savourer ce sentiment de liberté, écouter du métal à fond pour faire râler les voisins (quoi que c’est peut être le seul moment de l’année où personne n’osera te dire quelque chose!), mais surtout parce que le métal, ça détend, ça adoucit les mœurs. Eh oui ! Peut-être devrions-nous balancer du bon gros son au dessus de la Syrie, histoire de les détendre du turban ? Et puis parce que le Métal, ça régule la tristesse et qu’il faut l’avouer, derrière tous ces mots, cette lutte, nous sommes tristes.

 

 

Publicités

Discussion

Rétroliens/Pings

  1. Pingback: 13 Novembre (5) « Jouissez ! «  | Les faits papillons - 30 novembre 2015

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Follow Les faits papillons on WordPress.com

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles absurdités de ce monde

Rejoignez 31 autres abonnés

%d blogueurs aiment cette page :