//
vous lisez...
L'effet des faits

Lettre ouverte aux humains,

Aujourd’hui, c’est moi qui prends la parole, mais ça aurait très bien pu être mon voisin cette grosse brute polaire pleine de poil, ou encore cette minuscule, mais indispensable en costume de Dalton qui butine tout ce qu’elle peut encore trouver. Ils ont déjà tenté, mais vous ne les avez pas écoutés. Alors aujourd’hui, c’est mon tour. Il faut dire que c’est à mon pénis que vous comptez vous attaquer en masse, alors comprenez qu’il y a de quoi s’insurger.

Gare au premier qui s’approche en m’appelant Bibi. Bibi est mort depuis des années, la carcasse broyée en conservateur pour hot-dogs, sa chair vendue en poudre amincissante, sa peau protège un militaire Canadien du froid, et son pénis…

Aujourd’hui, j’ai 25 jours. Je suis désormais un adulte et j’ai la chance d’avoir survécu jusque-là.

Sous prétexte que nous mangeons de la morue, nous dérangeons… Certains de vos congénères des cotes d’Europe du Sud-Ouest en sont friands tout autant que nous, faut-il pour autant les dépecer et rentabiliser chaque parcelle de leur corps, allant jusqu’à vendre leurs parties intimes aux Chinois ?

Le gouvernement canadien envisage l’idée de nous réduire de 70 %. Ça en fait de l’aphrodisiaque à refourguer à ces impuissants. Après s’en être pris aux os des tigres, à la corne des rhinocéros, comment moi, comment nous, sans griffes ni cornes pourrions-nous nous défendre pour protéger nos attributs et nos vies ?

Vous reproduire ? Encore ? N’êtes-vous pas déjà assez nombreux, vous entraînant sur la glace friable de votre extinction ?

Vous n’avez pas besoin de nous exterminer à coup de fusil, notre graisse est déjà contaminée de nombreux polluants que vous déversez dans ce dépotoir géant qu’est l’océan. Nous, c’est notre maison. Vous, c’est votre avenir. Nous mangeons (comme vous) du poisson issu de ces mers et contaminons notre corps. J’ai vu certains de mes amis mourir étouffé dans ce que vous appelez plastique, d’autres d’asphyxier dans vos filets de pêche.

Selon certains d’entre vous, nous contribuons à la diminution des ressources halieutiques. Oui, en effet, nous nous nourrissons, comme depuis des siècles, comme vous. Pour autant, vos chiffres et vos études que vous affectionnez tant ne prouvent aucunement notre faute dans cette diminution de ressource. Et notre appétit étant ce qu’il est, nous ne sommes pas contre quelques poissons considérés par vous comme prédateurs. Notre rôle, en bout de chaîne alimentaire, nous empoisonne, mais notre rôle reste sanitaire et régulateur, pouvons-nous en dire de même du vôtre ?

Vous pêchez notre nourriture, vous nous piégez, vous nous empoisonnez à petit feu, pour autant, devrions-nous vous exterminer, vous dépecez, consommer vos parties intimes pour notre reproduction. Avons-nous besoin d’en arriver à ces extrémités là ?

Non.

Nous n’agirons pas de la sorte. Parce que nous sommes des bêtes, des animaux, sans défense ou pas, nous sommes impuissants, témoins de votre inéluctable fin approchant. Pas de bouton rouge à presser, pas d’astéroïde géant en vue, non, c’est une fin plus sournoise qui nous menace. Arbre après arbre, goutte après goutte, degré après degré, plusieurs espèces disparaissent. La sixième extinction de masse est en route. Sachant cela, voyant vos études et vos recherches vous alarmer (à quoi sert-il encore d’en mener vous ne les prenez pas en compte ?), vous envisagez d’accélérer votre fin en choisissant notre extermination de masse dans le but de permettre à des Chinois de se reproduire davantage. Ce ne sont pas que nous, phoques gris du Canada qui sommes concernés. Les amphibiens, les oiseaux et les mammifères tenant à leur vie s’unissent derrière cette lettre. Votre amnésie du tableau des classifications vous rangeant dans les mammifères ne vous épargnera pas.

Ne croyez pas que nous serons les seuls à disparaître.

Votre tour viendra.

Quelle importance ! Jouissez une fois encore de votre suprématie barbare. Mais n’oubliez pas que c’est par la croyance infondée des vertus aphrodisiaques de MON pénis, que vous y arrivez…

Publicités

Discussion

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Follow Les faits papillons on WordPress.com

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles absurdités de ce monde

Rejoignez 31 autres abonnés

%d blogueurs aiment cette page :