//
vous lisez...
L'invité du moment

De la Madeleine à la Harpie

Si vous demandiez à tous mes professeurs (de la maternelle au lycée), ils vous diraient que j’étais une élève sérieuse, mais réservée. Autrement dit, j’avais de bonnes notes, mais ma participation en classe était proche du zéro. Je ne sais pas de quoi j’avais peur, peut-être du ridicule ou d’être le centre d’attention pendant 1 minute.

Mais en grandissant, ça n’a pas vraiment changé. Lorsque je suis en groupe, je peux être une véritable tombe, une « Momie » comme aimait le dire ma prof d’anglais du collège. Je n’éprouve pas le besoin de m’épancher. Je préfère garder mon ressenti pour ma propre personne. Pourquoi partager avec autrui le fait que je préfère la glace au chocolat à la glace à la vanille ou bien que mon signe du zodiaque est bélier ascendant poisson ? Je sais que c’est idiot et que ces informations ne relèvent pas de la sécurité du Territoire. Mais j’estime que plus on en sait sur autrui et plus on a de munitions pour le blesser. Et comme, j’ai déjà été trahie à de nombreuses reprises, la technique de l’huître m’a paru adéquate.

On aime dire de moi que je suis une personne très calme. Seulement, ce qu’ils ignorent c’est que mon intérieur ressemble à un jacuzzi. Ça bouillonne comme un bon chili con carne. C’est peut-être lisse à l’extérieur, mais à l’intérieur c’est un véritable ouragan où se mêlent interrogations et sentiments contradictoires.

Sans savoir que j’étais enceinte, j’ai senti que j’étais plus émotive que d’habitude. Oui parce que d’habitude, je suis une véritable éponge. Mais là, j’ai eu du mal à me reconnaître. J’ai même cru à un début de dépression. Je n’avais vraiment pas le moral et je pouvais pleurer pour n’importe quoi. J’ai même arrêté de regarder « 30 millions d’Amis » parce que je sortais les mouchoirs dès que je voyais un animal blessé ou abandonné.

À l’inverse, tel un volcan qui se réveille, il m’arrivait de m’emporter violemment contre n’importe qui. Malheur à celui ou celle qui tentait de piquer ma place dans une file d’attente, qui critiquait ma façon de conduire ou qui tentait de me convaincre de manger une pomme alors que je rêvais d’une tartelette à la fraise.

Cela me surprenait beaucoup, car je n’étais pas du genre à perdre les pédales sans raison. D’où pouvait provenait toute cette rage ? Avais-je refoulé des choses sans le savoir ? Les hommes aiment bien dire que les femmes sont plus chiantes lorsqu’elles ont leur « cycle menstruel ». Cette théorie aurait pu être valable si seulement mon cycle s’était manifesté comme prévu.

Dans certaines situations, il est possible d’être à la fois une madeleine et une harpie. Une harpie dont l’humeur est tellement sombre qu’elle ne peut pas s’empêcher de pleurer de rage. Le pire c’est de ne pas réussir à savoir si l’on est triste ou au contraire en colère. La cause ? Parce qu’il m’était impossible de voir la suite de ma série préférée. Vous trouvez que ce n’est pas une raison ? Moi si. Vous en voulez au cosmos parce que c’est à ce moment-là que votre connexion internet décide de planter, en plein milieu d’une scène capitale. Et là, un tourbillon d’émotions (ou d’hormones) vous submerge et vous explosez de frustration, de rage, de tristesse et vous envoyez valser tout ce qui se trouve à portée de main. Vous en voulez même à votre partenaire, qui n’est en aucun cas fautif. Et pour finir, fatiguée de vous battre contre vous-même, vous vous transformez en cascade humaine et vous êtes bien contente d’être réconfortée par ce même partenaire que vous fusilliez du regard il y a deux minutes.

Lorsque j’y repense, j’en rigole, mais je peux vous assurer que sur le moment c’est un épisode qu’on peut qualifier de « honteuse démence ».

Tout s’est évidemment éclairé lorsque j’ai appris l’existence de cette petite graine. C’était donc à lui que je devais ces épisodes aussi embarrassants.

Et là, je me suis rendu compte que je n’étais plus aux commandes de mon propre corps. Non, mais sérieusement ? L’invasion a eu lieu sans que je m’en rende compte. À partir de maintenant c’est lui qui détient le pouvoir…

Tous aux abris !

Mummygloom

Publicités

Discussion

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Follow Les faits papillons on WordPress.com

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles absurdités de ce monde

Rejoignez 31 autres abonnés

%d blogueurs aiment cette page :