//
vous lisez...
L'invité du moment

Les préparatifs de mon accouchement ?!

Je me souviens des préparatifs du mariage. Il paraît que c’est l’un des plus beaux jours de sa vie. Ce qu’on oublie souvent de dire c’est que l’avant-mariage est un véritable enfer. Il y a tant de choses à penser, à organiser, à choisir, à réserver. Honnêtement, j’ai tellement pleuré durant les préparatifs (jusqu’à la veille du mariage) que je n’ai pas versé une seule larme le jour J. J’étais en mode Xena la guerrière, prête à faire face à n’importe quel imprévu (et il y en a eu pas mal le jour J).

J’étais loin d’imaginer que préparer la venue du bébé ressemblerait de si près aux préparatifs du mariage. Je me suis vite rendu compte que s’il existe une mafia autour du mariage, il en existe également une autour de la maternité (mais ça, c’est une autre histoire).

Lorsqu’on a enfin arrêté une date pour le plus beau jour de notre vie, on part à la recherche du lieu idéal pour la réception.

Lorsqu’on attend un heureux événement, le gynécologue (ou sage-femme) vous donne la date de votre accouchement. À vous ensuite de choisir votre maternité (la plus proche de chez vous) et de réserver votre place. Je ne pensais pas qu’il fallait réserver son lit neuf mois avant l’accouchement. Pourquoi est-ce donc si pressé ? Ça ne porte pas malheur de se projeter si loin alors que l’on n’a même pas encore passé le fameux cap des « trois mois » ?

Lorsqu’on se marie, l’autre chose très importante c’est de trouver sa robe de princesse. La robe qui vous rendra aussi belle que Cendrillon ou encore Ariel, la petite sirène. En plus de la robe, il y a la crinoline, les gants, les bijoux, les chaussures, le voile.

Dans le cas de la maternité, on vous remet une liste (un trousseau comme à la colo) avec les choses que vous devez avoir aussi bien pour vous que pour le bébé. Je ne savais absolument pas à quoi pouvait ressembler une turbulette (ou encore gigoteuse). Et pourquoi lui faut-il autant de pyjamas ? Pour ma part, on m’a demandé d’avoir une chemise de nuit qui s’ouvre devant (je n’ai jamais vu ce genre de choses en boutique. Ça existe peut-être dans les sex shops, qui sait), un peignoir (pour faire comme à la maison), un brumisateur (j’en achète souvent au début de l’été pour supporter la chaleur dans les transports parisiens), etc. Ça m’a étonnée de recevoir une telle liste parce que personne dans mon entourage n’en avait fait allusion. Et pourtant, j’ai des cousines et des amies qui sont passées par là. En même temps, ça m’a rassurée parce qu’au moins je sais ce qu’il faut mettre dans cette valise « maternité ». Je n’aurai certainement pas pensé à prendre autant de pyjamas pour le bébé ou même un brumisateur. Par contre, je suppose qu’ils fournissent les couches parce que ça n’est pas sur la liste. D’ailleurs le rayon couche c’est carrément un autre monde pour moi, un peu comme le rayon maquillage de Sephora. J’ai toujours besoin d’une interprète quand je me décide à m’acheter un crayon noir pour les yeux. Alors, vous imaginez pour m’y retrouver entre des couches Pampers et Huggies ?

Quand vous êtes une jeune fiancée, vous rencontrez traiteurs, pâtissiers, fleuristes, photographes, animateurs de soirée et d’autres prestataires. Vous achetez les magazines de mariage et vous flânez de salon en salon, de dégustation en dégustation.

Quand vous êtes une future maman, vous devez vous soumettre à des examens prénataux (obligatoires, et gare à vous si vous séchez) et donc côtoyer, médecins, gynécologues, sages-femmes, échographistes, anesthésistes. Vous tentez de vous rassurer en lisant des magazines qui traitent du sujet, mais qui vous foutent la trouille au final. Vous regardez les affiches des différents salons dédiés à la puériculture, mais ça s’arrête là, parce que rien que l’idée d’y mettre les pieds vous donne la nausée.

Je trouve cela presque cruel d’entamer toutes ces démarches sans savoir si le projet bébé est viable. Je sais qu’il y a également des risques lorsqu’on organise son mariage. On prépare tout durant des mois et parfois le fiancé, pris de panique, nous plante au dernier moment devant l’hôtel. Je ne sais pas si j’aurai pu me remettre d’une telle humiliation.

C’est pareil pour ce petit être qui vit en nous. Comment l’aimer si c’est pour qu’il disparaisse du jour au lendemain ?

Bien sûr, j’ai arrêté les cocktails Sex & the City et les chocolats Mon Chéri à mon grand regret. Je ne suis pas totalement inconsciente.

Mais accepter pleinement son existence alors qu’il a la taille d’un litchi, je ne sais pas si c’est raisonnable.

Mummygloom.

Publicités

Discussion

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Follow Les faits papillons on WordPress.com

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles absurdités de ce monde

Rejoignez 31 autres abonnés

%d blogueurs aiment cette page :