//
vous lisez...
La vie, la vraie

Âme d’enfant

Enfant, le temps ne passait pas. Les journées semblaient une éternité remplie de montagnes russes émotionnelles, de parties de cache-cache, de câlins et d’apprentissage. Les vacances paraissaient toujours si loin et une fois là, il suffisait d’en profiter pleinement. Avec Noël qui approche, notre âme d’enfant réapparaît. Sans être atteint du syndrome de Peter Pan, nombreux sont ceux qui affectionnent encore particulièrement le rituel de la petite case à ouvrir chaque jour. Il y a certes les gourmand(e)s qui se prêtent au jeu seulement pour manger un chocolat par jour, mais il y a ceux qui veulent retrouver l’attente, l’excitation, l’esprit de Noël et leur âme d’enfant.

 

S’empare de nous, la nostalgie d’un temps passé trop vite, d’un temps qui, d’un œil de grand semblait plus facile à vivre. Et pourtant, enfant, nous avions des rêves de grands, des envies de devenir adulte pour vivre notre vie. À la question, qu’est ce que tu veux faire quand tu seras grand ? Astronaute-boulangère-danseuse ne semblait pas incompatible. Mais personne ne nous a dit que la vie d’adulte ce n’est pas ça.

Personne ne nous prévient qu’être adulte c’est enchaîner les galères sans avoir quelqu’un pour nous aider, c’est subir l’injustice et devoir ravaler sa rage sans avoir quelqu’un à qui s’en plaindre qui pourra agir pour que règne la justice.

Personne ne nous avertit qu’être adulte, c’est être condamné à se faire avoir par des patrons peu scrupuleux, par un état cupide, par une société gangrenée par le népotisme, par un système économique de consommation endoctrinant jusqu’au plus jeune d’entre nous.

Personne ne nous avertit qu’être grand, c’est être seul.

 

Enfin si! Les grands nous restreignent à des projections sans risques rassurantes pour eux. À leur façon, sans dire clairement qu’être grand c’est morfler, ils veulent nous préparer à affronter cet âge le mieux armé possible. Mais il aurait fallu se douter qu’un âge qu’il faut affronter armé, ne pouvait pas être une promenade dans un monde enchanté.

 

Certains s’adaptent très bien à la réalité de l’âge adulte, d’autres sont des Peter Pan qui finissent chez le psy. Et il y a les autres : ceux qui ont gardé leur âme d’enfant. Ils comprennent très bien dans quel monde ils ont atterri, mais ils ne peuvent se résoudre à choisir entre astronaute, boulangère ou danseuse et décrètent qu’une vie, c’est trop court pour avoir à choisir !

Alors le 24, ils ouvriront la dernière case et avec plaisir, partageront leur chocolat. Et l’espace d’un instant, être grand sera supportable.

Publicités

Discussion

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Follow Les faits papillons on WordPress.com

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles absurdités de ce monde

Rejoignez 31 autres abonnés

%d blogueurs aiment cette page :