//
vous lisez...
L'effet des faits

Conditionner au conditionnement

Derrière la bicyclette, les sacoches débordent de chaque coté. La carriole qui crapahute à l’arrière semble elle-aussi prête à rendre son repas indigeste des courses qui la remplissent. Ce n’est pas faute d’avoir essayé ! Mais cette fichue boite carrée en carton contenant des biscottes ne veut décidément pas s’aligner avec celle du dentifrice ou du paquet de gâteau. Après avoir semé sur le chemin bon nombre des produits fraîchement achetés, une solution s’impose. Jeter (dans la bonne poubelle bien sûr) tous ces emballages cartons, plastiques qui renferment non pas le produit, mais l’emballage qui lui est directement en contact avec le produit à consommer.

L’emballage qui emballe l’emballage ou l’art de se faire conditionner.

Miracle ! Tous les achats rentrent désormais dans la remorque. Fini l’empaquetage inutile qui se retrouve également autour de nombreux produits bio. Bien que bio ne veuille pas dire écolo, il y a une sorte d’attente induite d’une certaine éthique à ce niveau là. Mais rien d’obligatoire, n’est-il pas !
Moins d’emballages, moins de coûts, moins encombrants durant le transports, encore moins de coûts et par conséquence moins de déchets… Un raisonnement enfantin. Ça pédale pourtant dans la semoule. Ces chères petites têtes sont d’ailleurs la cible des actions menées pour le développement durable. Tous ces efforts, les cuisses commencent à chauffer à toujours pédaler, toutes ces espérances dans les générations à venir résonnent comme un avant goût de « c’est trop tard pour les grands ». Pourtant ce sont ces mêmes adultes qui remplissent le chariot de courses, qui gèrent le contenu des placards et des assiettes de ces petites têtes. Mais ce sont également les adultes qui décident du conditionnement des produits et de leur impact au quotidien et au long terme sur l’environnement et sur la façon de consommer…
Quand tout est beau et carré, bien rangé sur les étagères du coté épicerie, il faut qu’il en soit de même pour les rayons maraîchers. Après l’emprisonnement des produits est venu celui de l’esprit. Des pommes luisantes et identiques, c’est la méchante reine de Blanche-neige qui ne saurait plus où donner de la tête. A quoi ressemble un fruit, un légume poussé dans un jardin lambda ? Rarement à ceux achetés en magasin. Et pourtant, tous, nous choisissons les plus beaux produits, délaissant les moches et différents, les vouant à un futur certain en direction de la poubelle. Poubelle dans laquelle, javel et autres gentilles attentions seront déversées afin que personne ne puisse faire bon usage de ces denrées consommables. Rares sont les enseignes à proposer des prix cassés pour les produits abîmés afin de lutter contre le gaspillage alimentaire. Donner des boites de conserves cabossées aux associations permet à des familles de manger à leur faim. Et acheter un kilo de fraises abîmées 50 centimes, c’est toujours ça de moins de gâché. Même si elles viennent d’Espagne. Mais là, c’est une autre histoire…

Publicités

Discussion

2 réflexions sur “Conditionner au conditionnement

  1. Je dois avouer que je n’achète rien en provenance d’Espagne… D’ailleurs, on commence à faire pousser fraises, carottes etc. Mais je suis pour un monde sans emballages… comme tu dis, moins de côut et moins de déchets…

    Publié par Angélique Laudy Belgarde | 31 mars 2014, 18:50

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Follow Les faits papillons on WordPress.com

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles absurdités de ce monde

Rejoignez 31 autres abonnés

%d blogueurs aiment cette page :