//
vous lisez...
La vie, la vraie

Main basse sur la gêne nationale

D’où peut bien venir cette appréhension ? Cette gêne qui s’installe quand soudain le sujet arrive sur la table. Pourquoi ce sentiment d’embarras quand il faut le demander à un ami ?

D’où peut bien venir ce sentiment quasi-national ?

Qui n’a jamais dû réclamer de l’argent à son entourage? Qui n’a pas osé demander son dû et l’a perdu ? Combien se sont fait avoir au restaurant en n’osant pas insister pour que chacun paye sa part ? Difficile d’avouer ne pas avoir d’argent pour participer au cadeau d’untel !

La honte d’être pauvre côtoie son acolyte, la gêne d’avoir de l’argent. Sentiment absurde et oppressant qui a mis à sac de nombreuses personnes.

Négocier un salaire n’est pas évident quand il est pourtant normal de ne pas être payé au lance-pierre. Le problème est de s’estimer à sa juste valeur. Entre alors en compte, la prétention s’opposant à la conscience proclamant que c’est mal de se mettre en avant. Un sentiment ancré dans l’héritage catholique, normalement orienté vers la pauvreté et la soumission, oui, normalement ! Il faut donc se faire violence en combattant la gêne de parler d’argent tout en se mettant en avant. Un travail qui, depuis des siècles, est encore loin d’être abouti pour de nombreux Français. Quand dans certaines cultures, la négociation est monnaie courante, la gêne nationale, elle, octroie le surnom de «  pigeon » à ses piètres négociants de l’embarras.

Entre la méfiance et la pudeur, parler de son argent semble impoli : un sentiment venu du tréfonds de notre généalogie paysanne. L’embarra d’être riche : le coté socialiste qui diabolise le profit. Et les entres-deux qui ne comprennent pas comment l’un gagne beaucoup et trouve cela injuste et non mérité et comment l’autre qui gagne peu peut se permettre de partir en vacances.

Jalousie, envie, incompréhension, gêne, honte sonnantes et trébuchantes font la tournée des grands-ducs.

Alors des fois, l’âme courageuse s’empare de notre patrimoine oppressant et lui rejoue la scène de la bourse ou la vie pour permettre à cet impudent Français de réclamer son argent. « Comment ose-t-il ? » s’égosillent les acolytes.

Oui, parfois cela arrive ! Une volonté de dépasser cet héritage bien lourd malgré souvent une bourse bien vide s’empare de l’être dominé par un inconscient financier historique, politique et religieux. Et alors, il ose parler d’argent. Non pas comme d’un vice, comme d’un mal terré prêt à bondir, non il parle d’argent, normalement, comme un être conscient des rouages de la société et libéré de ses legs.

Publicités

Discussion

5 réflexions sur “Main basse sur la gêne nationale

  1. C’est très juste ! Dur en + de s’estimer en toute honnetete… ou de se rendre compte… qu ‘on vaut pas grand-chose pécuniairement lol !

    Publié par sicaliennespenses | 31 janvier 2014, 13:54
    • Je ne pense pas qu’il faille s’estimer pécuniairement. Certains gagnent peu pour un métier bien difficile et d’autres peuvent gagner beaucoup pour être les pros du « j’en glande le moins possible ». C’est juste qu’on ne doit pas être très douée pour arnaquer la société et surtout nous avons un minimum de conscience professionnelle et personnelle. Ce qui n’est pas donné à tout le monde.

      Publié par lesfaitspapillons | 31 janvier 2014, 14:29
  2. Ahhh l’argent !!!! On aimerait bien vivre sans mais on ne peut pas… Pourtant ce n’est pas ça qui fait le bonheur…. Parler d’argent avec certaines personnes de mon entourage est très difficile mais pas avec mon chéri heureusement ! Bisous

    Publié par Angélique Laudy Belgarde | 30 janvier 2014, 06:41

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Follow Les faits papillons on WordPress.com

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles absurdités de ce monde

Rejoignez 31 autres abonnés

%d blogueurs aiment cette page :