//
vous lisez...
L'effet des faits

C’est assez !

 

Le 1er septembre sonne souvent l’heure de la rentrée. Mais à Taiji, au Japon, cette date annonce l’ouverture de la chasse au rabattage. Une coutume ancestrale, se défendent les pratiquants. Que nenni, une pratique des années 70, oui ! A base de coups de barre de fer sur la coque des embarcations, la perturbation sonore perd les cétacés. Les bateaux, qui s’y mettent à cinq minimum, entraînent les animaux vers la tristement célèbre baie de Taiji. Une plage publique habituellement, avec un petit chemin qui longe la baie, un endroit qui semble tout à fait sympathique, mais dont les accès sont fermés au public pendant six mois. Faudrait pas voir ce qui s’y passe !

 

Des milliers de dauphins et de petites baleines y sont massacrés.

 

Une envie de voir un spectacle de dauphins, de nager avec eux. Oui, c’est tentant et c’est le rêve d’enfants de beaucoup. Seulement, n’étant plus des enfants, il devient plus difficile de cautionner ces activités. Payer pour ce genre d’activité revient à financer cette pêche meurtrière.

Même si la viande de dauphins commence à attirer de moins en moins de consommateurs, notamment grâce au film The Cove qui dénonce la baie de l’horreur, elle reste toutefois l’une des raisons de ce rabattage. Mais n’étant pas assez lucratif, ce sont les trafics d’animaux vivants qui subventionnent ces pêches. Et si l’animal est dressé : Jackpot ! Sans l’argent de ces ventes, la pêche au rabattage aurait du mal à survivre. Alors oui, votre conscience vous dit que nager avec les dauphins, ce n’est pas comme de les manger, mais au final le même sang tâche votre maillot de bain. Et l’argument d’ « ils sont nés en captivité » n’est pas recevable car leurs parents ont de forte « chance » d’être issus de Taiji.

Mais cette version reste la fin (presque) heureuse… d’une vie de captivité après avoir vu sa famille être abattue sous ses yeux.

 

Les non-reçus au casting du delphinarium peuvent mourir de différentes façons :

-Tués à coups de lance ou de harpons, mais ça fait tâche car beaucoup de sang se répand dans la mer qui devient rouge. Pas grenadine, non, rouge sang !

-Du coup, maintenant, la nouvelle mode est de tuer sans faire couler le sang. Il suffit d’enfoncer une tige métallique dans la colonne vertébrale des dauphins, de la retirer et d’y enfoncer un bout de bois. Beaucoup moins salissant…

-Malheureusement, le dauphins n’est peut-être pas encore mort. Il est alors attaché par la queue pour être hissé à bord d’un bateau. Étant paralysé, il meurt souvent noyés.

-Si tous ces traitements ne sont pas venus à bout du souffle de vie de cet animal, l’ouverture de son ventre pour y extraire les viscères, y parvient dans une bain de sang, cette fois, inévitable.

 

Et oui, massacrer, ça rend un peu sale…

 

Voir aussi la baie de l’horreur.

Publicités

Discussion

2 réflexions sur “C’est assez !

  1. C’est vraiment affreux…

    Publié par Angélique Laudy Belgarde | 7 janvier 2014, 10:06
  2. Vous pouvez signer une petition contre le massacre des dauphins là :http://www.avaaz.org/fr/dolphin_hunt_peru/?bilitfb&v=33692

    Publié par Fabienn Brem | 7 janvier 2014, 05:56

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Follow Les faits papillons on WordPress.com

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles absurdités de ce monde

Rejoignez 31 autres abonnés

%d blogueurs aiment cette page :