//
vous lisez...
L'effet des faits

Jamais sans mon arme

C’était une idée utopiste, un combat perdu d’avance mais il a tenté. Barack Obama a voulu gérer différemment les armes dans son pays mais il doit aujourd’hui se sentir bien seul et frustré devant tant de peur du changement.

Au commencement, il y a eu l’ouverture du débat sur la limitation des armes aux États-Unis le 11 avril, date à marquer d’une croix rouge, d’une pierre blanche ou d’une fleur au fusil car la chose n’était pas arrivée depuis 1996. Puis il y a eu le 17 avril, un rejet de la mesure visant à rendre obligatoire les vérifications d’antécédents avant l’achat d’une arme sur Internet ou dans les foires. Oui, les foires aux armes. Nous, nous y trouvons du saucisson (plus pour longtemps), du vin (plus ou moins bon) et des produits locaux.

Là-bas le produit local fait bang !

Ou aussi BANG !

Car l’interdiction des armes d’assaut avait également été rejetée plus tôt. Pourtant pas de quoi paniquer ! Les propriétaires actuels n’auraient même pas eu à rendre les armes. Ainsi un américain peut et est en droit d’aller acheter sa bouteille de lait un AR-15 à la main. Ce n’est même pas la peine de le cacher, difficile de toute façon, il est légal de se balader avec son arme visible. Surprenant ! Il est plus facile d’imaginer que ceux qui rentrent avec une telle arme dans un magasin ressortent généralement avec la caisse et non pas seulement un paquet de chips. Seul sept états et la capital fédéral Washington interdissent ces armes. Refusée également la proposition visant à limiter la capacité des chargeurs. Donc aucun problème, vous pouvez vous rendre tranquillement au restaurant avec votre fusil et même obtenir une réduction de 10% si vous dînez le mercredi à The Cajun Experience à Leesburg, en Virginie. Même les cow-boys n’avaient pas autant d’avantage à s’attabler au saloon avec leur flingue.

Tout ceci est bien légal car la constitution, ce texte sacro-saint évoqué à toutes les sauces assure dans son deuxième amendement, oui la nation des cow-boys a parlé, le droit de porter des armes. Alors si le DEUXIEME amendement, il n’y avait pas plus important en deuxième position ? Le dit, c’est qu’il ne faut certainement pas y toucher. Dans un pays qui se prétend uni, le souci de l’individu prime sur celui de la société. Et puis ce sont messieurs les lobbyistes qui serait très contrariés si jamais cela venait à changer. Un registre fédéral sur les armes devraient être créé (OMG!!!) et les impôts augmenteraient… Voyons si les habitants de Newton préfèrent voir leurs impôts augmenter ou leurs enfants massacrés ? Quel choix difficile !

Après la tuerie, oui les esprits s’échauffaient. Oui la place des armes à feu dans la société a été remise en cause. Oui il a été question de revoir ce système. Mais la fumée s’est dissipée et la tragédie de Newton prend place aux cotés des milles horreurs survenues par les armes, là sur l’étagère bien haute, celle qu’on ne regarde pas trop souvent de peur d’y voir le reflet des choses qui n’ont pas changées. Même si de temps en temps, pour tuer l’ennui, certains réveillent les consciences, l’effet ne dure malheureusement pas plus longtemps qu’une traînée de poudre en feu.

Loin d’être perçus par la population, les homicides par armes à feu auraient pourtant diminués de 40% en vingt ans. Médiatisation importante, massacres de plus en plus présents et climat obsessionnel, les lobbyistes anti-armes à feu ont su tirer profit de ses drames pour que l’information passe à la trappe. Toutefois avec 300 millions d’armes en circulation dans un pays qui comptent 313,9 millions d’habitants, ça donne à réfléchir. Mais pas trop, il ne faudrait pas découvrir l’impact de ses armes à feu sur la société. Depuis 1996, le Congrès a interdit aux centres de recherche de mener une enquête révélant leurs effets. Mais Barack Obama, toujours lancé dans sa mission, a publié un décret rétablissant les fonds affectés à ces recherches. Quelle horrible vérité risque d’être mise à nue ?

 

Publicités

Discussion

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Follow Les faits papillons on WordPress.com

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles absurdités de ce monde

Rejoignez 31 autres abonnés

%d blogueurs aiment cette page :