//
vous lisez...
La vie, la vraie

Tout vient à point à qui … connaît quelqu’un.

Pistons-nous ce qui nous est bénéfique ou ce qui semble nous l’être ? Fouiller dans les cartons, ressortir de vieux dossiers et tomber sur les cours désirés. En feuilletant les pages blanches griffonnées à l’encre de plume, il revient en mémoire un nombre de souvenirs oubliés. « Tout compte fait, ce n’était pas si mal ! » se surprend l’esprit à penser. Et pourtant…

A l’époque, il était inconcevable de rester sur les bancs de l’école. Travailler, entrer dans le monde adulte de la vie active, prouver notre valeur, voilà le dessein auquel chacun aspirait. Mais la réalité fût toute autre…

Certains cours se sont totalement effacés de notre mémoire et la question éternelle « Ai-je fais le bon choix ? » revient hanter les esprits. Ce n’est pas comme si personne n’avait prévenu que c’était une voie bouchée, difficile, « pire que médecine ! » (C’est pour dire ! La référence toujours et encore de la soi-disant élite qu’est le médical, mais c’est une autre histoire.) Pourtant médecine a tendu ses bras mais l’influence communautaire du « c’est difficile, tu n’y arriveras pas » a eu raison des aspirations de beaucoup, ou bien fut-ce les nombreuses années d’études ou encore l’inévitable rencontre avec l’échec engendrant la mort d’un être humain. Difficilement gérable, vous soufflera votre conscience. Il semblerait alors qu’il soit plus bénéfique pour vous de choisir une autre voie.

Mais l’argument phare pour revenir à nos moutons, c’est le « Sans piston, impossible ! » Et pourtant, la volonté de réussir, y croire férocement, la naïveté de penser que « nous sommes ici par la force de notre volonté et que nous y arriverons grâce à elle » semble autant de capacités suffisantes pour être différent et s’imposer. Mais avant de se rendre compte de ce traquenard, la motivation de se croire au dessus de ça permet d’aller au bout de ses études. Un bac + 5. Une réussite scolaire prouvée par un bout de papier et quelques milliers d’euros dépensés en écoles. Des stages difficilement trouvables (sans piston, oui toujours lui!) mais trouvés. Tout ça pour se rendre compte que le piston, ce fameux système qui transmet la puissance en mécanique, applique ses mêmes conditions dans la vie professionnelle. A croire qu’il devient désuet d’envoyer des CV quand tout se joue dans les contacts. Car en effet, c’est un jeu. Un jeu où la chance est maîtresse de votre vie. Mieux vaut traîner dehors à la rencontre et recherche de la personne qui vous aidera. Tous les lieux sont permis ; soirée entre amis, expositions, colloques et même les bars. Quand vous l’aurez débusquée, devenez assez proche pour obtenir ses faveurs et ainsi créer votre fameux réseau. Quelle belle façon de se rapprocher d’autres personnes que d’avoir en tête la volonté de l’utiliser à des fins personnels. Là encore, votre conscience peut se manifester… ou se taire à jamais. Comme le dit notre célèbre Jean-Jacques « Ici, tout est joué d’avance et l’on n’y peut rien changer. Tout dépend de ta naissance et moi je ne suis pas bien né ». L’optimiste continue de croire que la naissance ne résout pas tout quoi qu’il admette qu’elle aide sur bien des points. Tout comme cette fameuse chance, cette ingrate qui ne se montre souvent qu’aux mêmes. Et certains vous affirmeront mordicus que « la chance appelle la chance ! », c’est bien une parole de chanceux, ça ! Entrer dans une troupe de théâtre : « Il te faut du piston ! ». Un travail de vendeuse : piston. Et même un poste dans l’animation s’obtient grâce à lui. En musique, ce même mot permet de varier la hauteur d’une note. Il permet également de varier la hauteur d’un CV sur la pile imposante du bureau d’un rédacteur en chef.

Sauf si par chance vous l’avez déjà pisté dans un bar.

Publicités

Discussion

4 réflexions sur “Tout vient à point à qui … connaît quelqu’un.

  1. J’adore ces personnes qui vous découragent d’abord et qui vous disent ensuite quand vous avez réussi : « j’ai toujours su que tu y arriverais… ». Enfin, j’adore quand tu mords Sansan !!

    Publié par Angie B | 15 août 2013, 08:56
  2. Que dire du titre ? j »adore !

    Publié par sicaliennespenses | 13 août 2013, 19:36

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Follow Les faits papillons on WordPress.com

Entrez votre adresse mail pour suivre ce blog et être notifié par email des nouvelles absurdités de ce monde

Rejoignez 31 autres abonnés

%d blogueurs aiment cette page :